Le Vin des autres, par Alain Leygnier

Encore trop tôt, déjà trop tard ?

| 0 Commentaires

Couvvinitop Lorsqu’on achète des vins de Bordeaux, classés ou non, on n’a fait que la moitié du chemin. Reste à savoir quand les boire, au mieux. Tout est là. Deux possibilités. Ouvrir une bouteille de temps en temps, mais toujours trop tôt. Procédé risqué puisque, le moment optimum venu, la caisse acquise chez un vigneron est vide. Ou bien, pire encore,  les déboucher  trop tard. Vos vieux margaux, figeacs ou yquems, cadeau d’amis généreux et avisés, sont à l’article de la mort. Ce petit ouvrage de 143 p. vient donc à point nommé. Préfacé par le neurologue et œnophile Jean-Didier Vincent, il évalue les vins au cours de leur évolution.

Négociant, producteur, entouré des meilleurs connaisseurs, Jean Merlaut, a goûté et réuni ici la production de 131 châteaux bordelais, incarnée en 8000 vins produits du 19 è au 21 è. L’éventail est vaste : du gruaud-larose 1831 (à boire), de l’yquem 1895 (à  boire d’urgence) du Lafite 1874 ( peut encore vieillir) du latour 1900 (à boire), à un millésime 2012 acerbe comme la Troïka (potensac, petit-village, etc). Le système de cotation prend la forme d’un dé à jouer comportant de un point (« vins ayant perdu l’essentiel de leur substance ») à six points (« vins très fermés qui ne dévoilent pas encore la puissance de leur potentiel »). Plus d’excuses pour boire ses bordeaux à contretemps.

Vinitop, par Jean Merlaut. Editions Féret. 9,90 €

Laisser un commentaire

Champs Requis *.


one + 4 =